Notre actualité


Tom Vialle aux côtés de Jorge Prado chez KTM !

KTM vient de confirmer l’arrivée de Tom Vialle au sein de son team KTM Red Bull Factory Racing. A 18 ans, le Français rejoint donc l’équipe officielle de la marque autrichienne sur le championnat du monde MX2 où il fera équipe avec le champion du monde en titre Jorge Prado.

Le fils de l’ancien pilote de GP Frédéric Vialle sera sous la responsabilité du team manager Dirk Gruebel et de Joël Smets. “Nous sommes en permanence à la recherche de ceux qui sont les prochains talents à la suite de pilotes comme Jeffrey Herlings ou Jorge Prado”, commente le quintuple champion du monde. “Nous avons le sentiment que Tom était l’un des pilotes les plus brillants cette saison sur le championnat EMX250. Nous avons travaillé 2 jours ensemble et je suis convaincu de son potentiel, tant sur le plan technique que physique. Décrocher un guidon usine n’est que le début de l’aventure mais je suis enthousiaste à l’idée de ce que Tom va pouvoir nous montrer en 2019.”

Copyrights MXmag.


Essai KTM 1290 Super Duke GT

Duke GT
Millésime 2019 ! Encore meilleure qu'avant !
V-Twin LC8 à 75°, 1.301 cm3, 175 ch et 141 Nm, 209 kg, suspensions semi-actives WP
Bonne année pour KTM qui continue d'augmenter ses ventes avec 126.808 motos immatriculées lors du premier semestre de cette année, soit une augmentation de 15% par rapport à 2017, une année record. Et alors que des constructeurs diffusent surtout leur milieu de gamme, KTM vend particulièrement des 1290 Super Duke GT, le modèle le plus cher de la marque. Lancée il y a trois ans, c'est aussi le seul sport tourer de la société autrichienne où l'accent est mis sur le "sport", une réponse aux préoccupations du président Stefan Pierer avant la commercialisation

L'objectif de la GT depuis son lancement en 2015 était bien d'offrir les mêmes performances que la streetfighter Super Duke R, également connue comme The Beast, alliées aux aspects pratiques du quotidien. Il semble que les ventes prouvent que KTM a réussi son pari avec ce mariage des extrêmes.

KTM 1290 Super Duke GT
Bien qu'il s'agisse du tout premier V-Twin KTM de route avec des prétentions de tourisme, la GT a été un tel succès, en particulier en Allemagne qui a représenté 50% des ventes que KTM a remis du budget R&D pour l'améliorer encore plus, pour arriver au modèle présenté le mois dernier à Intermot. Et KTM m'appelle alors pour me demander si je voulais l'essayer à travers les collines et vallées de l'arrière pays autrichien. Difficile à croire, n'est-ce pas ? Et en plus je suis payé pour le faire !

Découverte
Spoil ! La Super Duke GT est encore plus agréable à piloter qu'auparavant : plus affûtée, plus puissante et raffinée dans tous les aspects par rapport au millésime précédant. Comment puis-je dire çà, en me basant sur ma seule mémoire ? En fait, je n'étais pas seul et j'étais accompagné par Luke Brackenbury de chez KTM, roulant lui sur la GT 2018. Du coup, on n'a pas arrêté d'échanger nos motos. Un vrai comparatif ! Comme toujours, le fait de changer plusieurs fois par jour de moto permet vraiment de mettre les différences en avant. Et c'est incroyable comme le millésime précédent a pris un sacré coup de vieux, alors que pourtant ce fameux modèle 2015 avait défini de nouvelles normes sur le segment lors de sa sortie en 2015.

KTM 1290 Super Duke GT

Une partie des améliorations est visuelle. Il suffit de regarder les deux motos côte à côte pour constater que le style du nouveau modèle proposé par Kiska Design lui donne beaucoup plus de présence qu'auparavant. Non ?

La 1290 GT 2016-2018 et le millésime 2019
La face avant redessinée de la 1290 Super Duke GT s'accompagne désormais renforts latéraux plus larges et eux aussi plus protecteurs. Le réservoir est toujours de 23 litres (5 litres de plus que la R) mais intègre désormais une paire de compartiments de stockage pour ranger de petits objets comme ses tickets de péage et cartes de crédit, indépendamment de la clé de la moto qui, pour la première fois chez KTM, est désormais équipée du système de télécommande sans clé Race On. Du coup, plus besoin non plus de clé pour déverrouiller le réservoir au moment de faire le plein. La clef ne sert plus que pour les sacoches verrouillables.

Coté pratique, on trouve également un port USB dans le compartiment gauche pour recharger son téléphone et rien d'autre, car ce n'est pas vraiment très grand non plus.

Le lifting porte également sur le nouveau phare composé de six LED orientées vers l'avant dans un boitier en aluminium. D'autres LED assurent les feux diurnes (DRL), les clignotants à rappel automatique ou encore les trois degrés d'inclinaison de l'éclairage en virage. Celles-ci fonctionnent grâce au capteur d'angle du calculateur Keihin et augmentent en intensité lorsque la moto s'incline, orientant la lumière vers la sortie du virage et se montrant également utile en journée, par exemple lorsque l'on passe dans des sections sombres et boisées. Le tableau de bord TFT bascule alors lui aussi dans son mode nuit.

Phare de la KTM 1290 Super Duke GT

Côté châssis, on retrouve le cadre treillis tubulaire en acier peint orange et issu de la Super Duke R dont elle conserve la même géométrie avec un angle de chasse de 24,9° et une traînée de 107 mm assortie d'un empattement de 1.482 mm, mais avec une bouche arrière plus longue et plus robuste pour offrir plus de confort au passager notamment sur les longues distances grâce à des repose-pieds plus bas. Cela facilite également l'adaptation des sacoches rigides spécialement conçues et disponibles en option, sauf si vous habitez aux USA où elles sont livrées de série. Le silencieux côté droit de l'échappement 2-1 est également monté plus bas pour justement leur laisser un peu de place.

La 1290 GT est dotée d'une version remaniée de la suspension semi-active WP avec trois modes de conduite sélectionnables : "Comfort, Street et Sport". Ces réglages sont obtenus par une unité de commande de suspension (SCU) qui, en fonction des réactions des accéléromètres et des capteurs de débattement avant et arrière, adapte les taux d'amortissement de la fourche inversée et du mono amortisseur arrière aux propriétés du revêtement et au style de pilotage !

En selle
Installé sur la selle, assez haute de 835 mm (le pilote d'1.70 ne mettra pas deux bouts de pieds à terre), on a une position de conduite assez spacieuse avec les repose-pieds bien alignés à l'arrière pour ne pas que vos orteils touchent lors des prises d'angle et éviter que vous attrapiez des crampes aux jambes, surtout lors des longs roulages en ligne droite. C'est une moto pour les grands ! Ce large espace est prolongé par le guidon monobloc monté sur le triple té supérieur offrant une position de conduite naturelle via l'une des 4 positions sur laquelle il peut pivoter, sa forme la plus plate offrant une position plus droite et détendue que sur la Super Duke R. Les protège-mains viennent également renforcer la protection des mains lors des froides journées d'automne pendant que les poignées chauffantes réglables sur 3 niveaux, toujours en série, ont leurs câbles totalement intégrés. Les leviers de frein avant et d'embrayage à commande hydraulique sont réglables.

Ergonomie de la KTM 1290 Super Duke GT

Autre nouveauté pour 2019, le tableau de bord TFT de 6,5 pouces, très facile à utiliser, se montre à la fois esthétique et fonctionnel. Le compteur de vitesse analogique et le compteur LCD de l'ancien modèle font presque rétro à côté. L'écran de couleur se montre tout aussi visible en plein soleil avec en plus, la possibilité de personnaliser l'affichage. Cerise sur le gâteau, les indications du compteur changent de couleur à mesure que le régime augmente, passant par toutes les nuances de rouge, du plus clair au plus foncé jusqu'au rupteur placé 500 tours plus haut, à 10.500 tr/min. Les différents menus et fonctions sont désormais gérés par un bouton lumineux situé à gauche, juste à côté du régulateur de vitesse qui se trouvait auparavant à droite.

Instrumentation

Il n'y a pas d'équipement de navigation à proprement parlé sur la GT, mais la nouvelle fonction de connectivité de smartphone KTM My Ride permet, pour 10 €, de se servir de son téléphone pour afficher les indications sur l'écran TFT au virage-par-virage avec des indications sonores disponibles dans 5 langues. Ceci permet de programmer son trajet en amont. L'app permet aussi de recevoir ou rejeter des appels entrants et même de gérer sa musique, dans l'esprit GT plus que dans l'esprit, je suis genoux à terre dans un virage aveugle et je prends un appel en même temps.


Moteur et transmission
Comme auparavant, la GT dispose du même V-Twin à 75° LC8 8 soupapes de dernière génération avec un entrainement par chaîne des cames et une cylindrée de 1.301 cm3 comme sur la R, mais avec des réglages différents. Le moteur a donc des soupapes d'admission de même taille, mais désormais en titane avec un poids réduit ayant permis d'augmenter le régime maximal de 500 tr/min, ainsi que des chambres de résonance révisées sur l'échappement en inox. Outre les avantages présumés en termes de performances, cela signifie également que le silencieux slip-on Akrapovic disponible en option aura désormais plus de mal à se vendre, le pot d'origine du modèle 2019 se montrant à la fois musclé et rauque, bien qu'un peu mis en sourdine par Euro4 (mais où est le bouton pour changer au guidon le son).


Bien que tout cela se traduise par une petite augmentation de puissance de 2 chevaux pour atteindre 175 ch à 9.750 tr/min, la plus grosse différence réside dans la manière dont celle-ci est délivrée puisque'elle est désormais disponible sur une plus longue plage avec un couple culminant à 141 Nm à 7.000 tr/min. La courbe de couple est ici plus linéaire que sur la R.

L'accélération extrêmement puissante disponible est relayée par des pneus Pirelli Angel. Ceux-ci offrent un bon compromis entre adhérence et durée de vie, aidés par un contrôle de traction réglable sur 9 niveaux. C'est un sport tourer avec une attitude sérieuse et un couple beaucoup plus gros à mis régime dès 4.000 tr/min. Un autre élément clé est que le vilebrequin pèse désormais 500 g de plus ce qui lui confère une masse en rotation plus importante et permet de conserver l'élan, de renforcer le sentiment de couple et d'offrir un moteur plus fluide dans son fonctionnement

Bref, le V-Twin en veut et le démontre brillamment, ne faiblissant qu'au rupteur. Net point en amélioration, la boite 6 rapports est plus douce et moins dure qu'auparavant. Ce serait presque dommage dans la mesure où KTM a justement ajouté un Quickshifter qui fait partie du pack optionnel Performance Pack qui inclut également la gestion électronique du frein moteur (MSR) en plus de l'embrayage à glissement limité en série.


Le shifter de la GT est extrêmement facile à utiliser sans jamais avoir besoin de toucher au levier, sauf lorsque l'on se retrouve dans les embouteillages ou dans les virages serrés lorsque le régime descend en dessous de 2.000 tr/min. L'assistant au démarrage en cote Hill Hold Control, disponible en option, se révèle très utile notamment dans les pentes assez raides.

En ville
Les différentes évolutions ne changent pas vraiment le comportement de l'Autrichienne en agglomération. Même si elle gagnerait toujours à offrir un meilleur rayon de braquage pour les manoeuvres, elle est toujours aussi agile et maniable. Le moteur est très souple et le shifter de la GT est extrêmement facile à utiliser, permettant de ne presque jamais avoir besoin de toucher au levier, sauf lorsque l'on se retrouve dans les embouteillages ou dans les virages serrés lorsque le régime descend en dessous de 2.000 tr/min. L'assistant au démarrage en cote Hill Hold Control, disponible en option, se révèle très utile même dans les pentes assez raides


Sur autoroute et voies rapides
La nouvelle bulle, plus élégante, offre également une protection légèrement accrue par rapport à l'ancienne et peut-être réglée d'une seule main en toute sécurité sur 9 positions et une plage de 50 mm. Et malgré la protection supplémentaire qu'elle procure lorsqu'elle est levée au maximum, elle ne vibre jamais à haute vitesse. Rouler à 160 km/h sur autoroute allemande proche de nos routes autrichiennes avec le twin placé à 6.500 tr/min se montre étonnement relaxant pour un sport tourer moderne, avec une excellente protection, très peu de remous et aucun bruit excessif. Autant dire qu'au niveau légal le job est parfaitement rempli.

Pour le reste, la GT reste fidèle à elle même avec des suspensions efficaces et confortables, mais aussi et surtout un twin bestial qui répond sans rechigner à n'importe quelle sollicitation. Le plus dur sera peut-être de réfréner ses ardeurs alors que l'on sent que celui-ci en garde encore (beaucoup) sous la poignée.


Sur départementales
Aussi impressionnantes que cela l'était sur le précédent modèle il y a trois ans, on remarque immédiatement à quel point la moto s'est encore améliorée au niveau de la suspension semi-active ; une impression confirmée par le changement de modèle en utilisant cette de Luke sur des petites routes défoncées. D'accord, ce serait cliché que de dire que la GT 2019 offre le confort d'un tapis volant, mais honnêtement, on vole pratiquement sur les bosses et le bitume dégradé. On voit l'imperfection de la route mais on le sent à peine lorsque l'on roule dessus tant la qualité d'amortissement est bonne avec cette suspension semi-active.

En remappant le calculateur Keihin pour intégrer une meilleure synchronisation d'allumage et offrir un fonctionnement plus doux et plus puissant à bas régime, les ingénieurs de KTM ont apporté de meilleures performances avec un vrai surplus de puissance à mi-régime, e ce jusqu'au 10.500 tr du rupteur, point à partir duquel le Ride-by-Wire stoppe simplement sa progression dans les tours mais sans couper.


A contrario, la GT dispose d'une accélération très puissante et reprend avec vigueur dès 1.500 tours en mode sport avant d'envoyer une nouvelle charge à partir de 4.000 tours. Il est ainsi possible de rester en 4e pour prendre les virages serrés de la campagne autrichienne pour bondir ensuite dans la ligne droite. Ce n'est alors plus une GT mais une sportive, prête à répondre à la moindre sollicitation du poignet. Bien sûr, il est possible de descendre un rapport ou deux pour avoir encore un peu plus de peps, mais le moteur de 1.301 cm3 dispose de telles réserves de couple qu'en conditions réelles de conduite ce n'est pas nécessaire.


Avec une telle puissance et une telle accélération, on pourrait croire que ce ne sont que de brutales accélérations à chaque ouverture des gaz. Mais les ingénieurs ont fait un excellent travail pour réduire au minimum ce cabrage et violence à l'accélération de la GT, sans pour autant le neutraliser de façon excessive. Même en mode Sport, l'arrivée de la puissance se fait fluide, même si elle reste plus velue que celle du mode Street qui demande d'ouvrir un peu plus les gaz pour atteindre le même rendement. Le mode pluie adoucit encore plus la réponse de l'accélérateur tout en limitant la puissance à 100 chevaux. Mais avec le soleil présent lors de cet essai, je ne l'ai testé qu'une seule fois.


Partie cycle
On a déjà présenté les excellentes évolutions de la suspension semi-active WP. Le débattement de la suspension reste inchangé avec 125 mm à l'avant et 156 à l'arrière, mais l'amortissement s'est considérablement amélioré alors que ce n'était déjà pas si mal avant ! De plus, avec la suspension semi-active, il est possible de choisir électroniquement via le tableau de bord le réglage de précharge arrière approprié en fonction de la charge, que ce soit pour le pilote seul avec ou sans bagages, ou pour deux personnes.



Freins
A l'inverse, les freins Brembo et les roues en aluminium moulé sont totalement identiques à ceux de la Super Duke R, avec deux étriers monobloc radiaux à 4 piston agrippant des disques avant de 320 mm et un large disque de 240 mm à l'arrière. Le système intègre un ABS comprenant une fonction en virage, comme sur presque toutes les KTM de route, ainsi que quatre modes Street, Sport, Rain et Supermoto. KTM propose ici une version bien à elle de ce qu'est une Tourer.

Frein avant de la KTM 1290 Super Duke GT

Confort et duo
La selle chauffante de la moto d'essai s'est révélée très confortable au-delà de son esthétique. Elle est surtout en nette amélioration par rapport au millésime. C'est à ce moment-là que j'ai compris que l'Ergo Seat et son strapontin passager faisaient en réalité partie de la cinquantaine d'accessoires proposés pour la GT, coûtant respectivement 243 euros et 194 euros supplémentaires. Mais l'Ergo Seat est tellement confortable que ce serait une fausse économie de ne pas prendre cette option.

Selle de la KTM 1290 Super Duke GT

Il en va de même pour les valises rigides très pratiques et proposées à 780 € la paire, qui permettront de ranger un casque intégral dans chacune. Une fois les valises ôtées, il n'y a pas de structure disgracieuse à vue, le support en acier se montrant très discret et n'altérant pas le style de la moto. Un bon point quand on a envie de l'utiliser pour un usage plus urbain.

Valise latérale de la KTM 1290 Super Duke GT

Consommation et autonomie
A vitesse stabilisée sur autoroute, la conso tourne autour de 6 litres au cent, mais grimpe à sept litres dès que l'on hausse le rythme sur les petites routes d'un essai mené tambour battant.

Conclusion
Du confort sans compromettre l'agilité en virage. De la distance sans réduire la performance. Le Sport Tourer longue distance le plus radical du marché combine les performances phénoménales du moteur et la maniabilité de "The Beast" dans un ensemble au couple renforcé qui permet d'avaler les kilomètres aussi vite que s'enchaînent les virages.

Copy right : Alain Hippone Le relais des motards


Essai : les KTM 2019 aux mains de Christophe Bertrand

On nous avait annoncé du mouvement sur la gamme cross de la marque autrichienne pour 2019. De fait, KTM a beau accumuler les lauriers, le constructeur aux machines oranges entend bien ne pas se reposer dessus. Même si on ne parle pas de révolution, ce ne sont pas moins de 60% des pièces qui sont totalement neuves sur les modèles 4-temps. Les 2-temps évoluent quant à eux plus en douceur.
Pour découvrir tout cela, direction Malagrotta, le circuit perso de Toni Cairoli, dans la banlieue de Rome. La piste propose un beau dénivelé légèrement sablonneux et une partie terre sur son plateau. La surprise du jour, c’est la présence de Ryan Dungey. Le jeune retraité du cross US s’est particulièrement impliqué dans ce nouveau projet. Comme souvent, le meilleur banc d’essais reste la compétition. Les nombreuses évolutions proviennent directement des motos officielles grâce à l’étroite collaboration du service course avec la production.








Sous les tonnelles, il faut s’attarder sur les échappements pour distinguer les différents modèles. La cuvée 2019 propose un tout nouveau cadre noir affiné, plus léger (8,8 kg à nu). Lors de la présentation on a pu apprécier le travail de développement effectué pour atteindre ce niveau de qualité et de performance. Rien n’est laissé au hasard pour rester à ce niveau d’excellence depuis plus de 15 ans.



Toute la gamme est suspendue par un ensemble WP, fourche à air AER de 48 mm et un amortisseur DCC (Dual Compression Control) amélioré.Pneus Dunlop GEOMAX, jantes noires Excel, Tés de fourche CNC alu noir, poignées caoutchouc OGI, une nouvelle selle plus ergonomique, guidon alu NEKEN et BREMBO pour le freinage et l’embrayage hydraulique. Voilà pour les caractéristiques communes à l’ensemble de la gamme. Sans oublier un nouvel habillage en parfaite harmonie avec le nouveau châssis affine l’ensemble. En extra, un nouveau trépied multifonction avec calle-fourche de transport sera livré avec chaque moto.

On débute par le plat de résistance, soit la SX450F.

SX450F : hyper aboutie
Un gros travail a été réalisé sur ce monstre de puissance : nouveau piston, cylindre, culasse, embrayage à diaphragme, boîte de vitesse. Un moteur totalement revisité qui la rend encore plus maitrisable et plus agile. Fini la 450 qui fait peur, elle s’est adoucie, s’est affinée et affiche maintenant un poids record de 100 kg sur la balance.



On profite d’un couple démoniaque sur le 3ème rapport (boîte 4) et le châssis assure une parfaite rigidité dans les parties rapides et défoncées. Les suspensions WP sont progressives particulièrement en fin de course sur les grands sauts, ça ne talonne pas sur la fin de compression.

La map2 (courbe d’allumage sélectionnable au guidon) plus souple adoucit le caractère pour les moins costauds.

Ce nouveau châssis est une vraie réussite, la SX450F se place facilement en entrée de virage, la boîte de vitesse est non seulement très bien étagée mais également très précise. Ni bruits parasites, ni vibrations, ça respire la qualité et la robustesse.

Au risque d’en décevoir certains, je ne parviens pas à lui trouver de réelle lacune. On appelle cela un produit abouti !

SX250F : la référence
J’enchaîne de suite avec la 250 SXF. Une transition radicale en grimpant sur la référence de la catégorie. Dès la pression sur le bouton rouge, le bouilleur émet un son plus métallique, moins agréable. Après le sentiment de fermeté de la 450, cette 250 vibre davantage à l’arrêt, un phénomène qui disparaîtra une fois en action.

Gros réveil sur la poignée de gaz par rapport à la 450, le châssis est réactif et malgré mon application sur la courbe d’allumage d’origine (MAP1), c’est finalement la MAP2 qui me donnera davantage de satisfaction. Profitant d’un gain de puissance à bas et mi-régime, la SX250F retrouve de la rondeur et les qualités qui en font l’épouvantail de la catégorie.



Pilotée de manière plus agressive, une augmentation de la pression d’air dans la fourche WP AER s’est révélée nécessaire pour attaquer les freinages défoncés avec plus de précision.

Equipée d’une ligne AKRAPOVIC ou FMF du catalogue Power Parts, la benjamine 4T devrait démontrer un caractère plus radical. Nul doute que cette version 2019 devrait poursuivre sa marche glorieuse sur les circuits dans les prochains mois.

SX350F : la charmeuse
C’est avec un a priori favorable que j’enfourche ce qui devrait être ma cylindrée de prédilection. Sans surprise, dès les premiers mètres, je tombe sous le charme.

Cette 350 tourne également en force, la puissance est omniprésente mais avec une légèreté de l’ensemble très perceptible. Rarement débordé par la puissance, l’accord châssis-moteur est en parfait équilibre. Un exemple : sur un très grand saut en côte avec réception courte à plus de 25 mètres, la 450 exigeait une grande précision dans la gestion de la puissance, inutile de faire le show, la 450 impose son caractère. De son côté, la 250 manquait de ressources pour envoyer cette longueur.

Quant à la 350, elle met en confiance permettant le déplacement du corps, la gestion de l’embrayage et du coup de frein arrière de façon instinctive en plein saut, un régal pour un pilote expérimenté mais « vieillissant » ! Pilotée sur le couple ou en « mode Cairoli » cette cylindrée s’adresse à nouveau à un large panel de pilotes. Tout est permis avec cette 350, vous pourrez holeshoter le pack des 450 tout en préservant l’agilité d’une cylindrée inférieure.

SX250 2T : en pleine forme !
En passant sur la 250SX, il faut reprendre ses anciennes habitudes…ouverture du robinet d’essence, le coup de kick et on dégorge ! les normes de pollution en MX n’étant pas les mêmes qu’en enduro, il semble que l’injection ne soit pas pour tout de suite et tant mieux. Cette 250 SX « pète la forme », la base moteur n’évolue que très peu mais progresse sur pas mal de détails.

Le carburateur MIKUNI de 38 mm s’occupe de l’alimentation, le pot d’échappement bénéficie d’un long développement (18 mois), il est moins exposé à la sortie gauche du cylindre et aplati (étrange au premier coup d’œil) sur la partie bombée pour un meilleur déplacement de la jambe droite mais également un souci d’alignement des ouïes de radiateur.

En piste et après le petit désagrément d’une poignée de gaz par rapport à l’injection, cette 250 respire la santé. Pas ou peu de vibrations, l’inertie moteur inexistante, le coffre est impressionnant et les montées en régime surprenantes. Ça faisait un petit temps que je n’avais plus posé mes fesses sur un 250 2T et la surprise est agréable.

Le châssis se fait plus réactif que les modèles 4T, ça lui procure un côté fun et joueur mais aussi moins confortable avec un ressenti plus important du relief. Les entrées de virage sont facilitées, la moto tombe naturellement, il s’agira par contre d’être plus précis et réactif dans les changements de rapports pour profiter au mieux de la plage de puissance. Une vraie moto de compétition un peu élitiste, mais qui répond parfaitement au slogan « Ready to Race » de la maison KTM.

SX125 et SX150 : les poids plumes
Quelques tours sur les « bmx » maison, et même verdict que la 250, c’est encore plus fun avec l’obligation de rentrer 2 vitesses dans les entrées de virage. On oublie le couple et on les mène à la cravache pour rester dans les hauts régimes, là où elles excellent. Prévoyez 2 couronnes arrières en fonction de votre niveau ou du circuit, une dent en plus ou en moins pourrait en effet vous faciliter la vie.

Un nouveau châssis, un embrayage à diaphragme, une nouvelle transmission renforcée PANKL (gage de qualité), une nouvelle ligne d’échappement et une plastique redessinée complètent les évolutions du nouveau modèle.



La SX150 apporte un poil de couple et de force sur l’ensemble de la plage, là où le 2ème rapport s’impose en virage avec la 125, une courbe plus ouverte pourra se négocier sur le 3ème avec moins de relance. Une cylindrée un peu marginale mais qui a le mérite d’être proposée au catalogue.

En parlant de catalogue, le Power Parts s’articule autour de 300 références pour chaque modèle et le catalogue Power Wear fera à nouveau la part belle aux fans de la marque.

Malgré un sursaut ces dernières années des usines japonaises, force est de constater que la réussite commerciale et en compétition des Autrichiens ne souffre d’aucune discussion. La déferlante orange semble encore avoir un coup d’avance avec sa gamme 2019. Une remise en question constante, une connexion avec ses teams officiels (Europe et US) et une réactivité quasi immédiate semblent à nouveau profiter au client final.
Copyright : MXmag Par Christophe Bertand


Max Anstie rejoint KTM Standing Construct

Le team KTM Standing Construct vient de signer avec Max Anstie pour la saison prochaine. L’équipe belge complète ainsi le trio de pilotes qu’elle aligner dans la catégorie MXGP en 2019. Le Britannique rejoint en effet le Hollandais Glenn Coldenhoff et l’Italien Ivo Monticelli chez Standing Construct.

“Je suis très reconnaissant envers Tim (Mathys) et KTM de m’offrir cette opportunité”, commente Max Anstie. “Je suis impatient d’arriver sur les premiers GP la saison prochaine car ils ont de l’excellent matériel et un programme très complet. C’est un très bon team.”

“Nous avions déjà été intéressés par Max lorsqu’il roulait encore en MX2”, explique de son côté le propriétaire du team Tim Mathys. “Avec le soutien de KTM, nous sommes parvenus à trouver un accord avec lui et je suis donc particulièrement heureux de pouvoir le compter parmi nous l’an prochain. Désormais, je crois que l’on peut dire que nous avons vraiment un team très fort pour 2019.”


KTM US présente ses teams pour la saison 2019

KTM a présenté la semaine passée les pilotes qui porteront les couleurs de la marque autrichienne sur les prochains championnats américains de supercross et de motocross. Du changement pour 2019 à la tête du team Red Bull KTM Factory Racing puisque Roger De Coster cède les commandes à Ian Harrisson. Du changement aussi au niveau des pilotes puisque Marvin Musquin aura l’an prochain comme coéquipier Cooper Webb.

Dans les teams supports, 4 pilotes 250cc seront alignés chez Troy Lee Designs avec Shane McElrath, Jordon Smith et les tout jeunes Sean Cantrell et Mitchell Falk. Dans le team Rocky Mountain, deux pilotes 450cc disputeront les championnats SX et MX US : Blake Baggett et Benny Bloss.

La saison de Supercross US débutera le samedi 5 janvier 2019 avec le traditionnel rendez-vous d’Anaheim.


Promo 790 DUKE - SUPER D€AL AKRAPO GRATUIT à l'achat d'une 790 Duke


Pedrosa œuvrera pour KTM en 2019

La rumeur courait depuis un moment déjà, eh bien c’est officiel Dani Pedrosa œuvrera pour KTM encore 2019.
Il sera ainsi responsable du développement des futures machines KTM en MotoGP. Son souhait de ne plus courir au sens propre du terme a été respecté et à ce titre, il ne se consacrera uniquement qu’au développement du prototype.

L'Espagnol qui a annoncé lors du Grand Prix d’Allemagne qu’il serait bientôt retraité de la discipline MotoGP, a décidé finalement d’y garder un pied.

Du travail, il y en aura à faire car KTM, alignera en 2019, pas moins de quatre motos : deux pour son équipe satellite avec les pilotes Syarhin et Oliveira chez Tech3, et deux pour son équipe d’usine avec les pilotes Zarco et Pol Espargaro.

Deux équipes débordantes d’énergie qui voudront on ne plus vite, progresser pour aller taquiner la tête de course.

La nouvelle de l’arrivée de Pedrosa a été très bien accueillie par les membres de l’équipe de test qui se ravit à l’avance de pouvoir bénéficier de sa longue expérience.

Un second souffle pour le pilote Ibère qui connait une saison 2018 compliquée avec des résultats en dent de scie et une onzième place au classement du championnat.

A l’aune de ses 33 ans qu’il fera en 2019 et la sagesse aidant, souhaitons à Pedrosa de réussir dans son nouveau projet.


La nouvelle génération de KTM SX est là!

Une nouvelle génération de technologie de motocross d’avant-garde voit le jour avec la gamme KTM SX 2019. Sans jamais renier les promesses READY TO RACE de KTM, ces machines ultralégères et taillées pour la compétition ont été radicalement transformées pour que KTM puisse continuer à tracer la voie sur le marché de l’offroad. Les derniers modèles, depuis la KTM 50 SX pour les plus jeunes fans de la marque orange jusqu’au monstre de puissance qu’est la KTM 450 SX-F – gagnante du Championnat du monde de motocross –, sont actuellement testés sur le circuit d'entraînement de notre champion Tony Cairoli à Malagrotta, en Italie, et seront bientôt disponibles chez les distributeurs.

KTM domine les circuits. Au cours de ces dix dernières années, la firme autrichienne a été le prétendant le plus régulier à la suprématie dans les différents championnats internationaux. Tony Cairoli, en décrochant son neuvième titre de Championnat du monde de motocross FIM au cours de la dernière saison, et la KTM 450 SX-F ont vraiment fait sensation. Le succès obtenu par Pauls Jonass dans le Championnat du monde MX2 a confirmé la domination de la marque dans cette catégorie avec neuf victoires en dix saisons pour la KTM 250 SX-F, tandis que le titre de Supercross 2017 AMA 450 a été remporté par Ryan Dungey avant qu’il ne se retire du circuit. KTM a connu également le succès dans les deux catégories 250 SX et 450 SX cette saison.

C’est grâce à son engagement absolu et à sa motivation à investir dans la course et ses programmes de développement des talents que KTM pourra réaliser encore d’autres incroyables prouesses. Cette approche offre la meilleure plate-forme à la gamme KTM SX, car sa technologie couronnée de succès internationaux est testée dans les conditions les plus dures avant la production en série. Les "mini" modèles KTM 50 SX, KTM 65 SX et KTM 85 SX sont parfaits pour permettre aux plus jeunes pilotes de gagner leurs galons, tandis que les modèles KTM 125 SX, KTM 150 SX et KTM 250 SX 2 temps et les modèles KTM 250 SX-F, KTM 350 SX-F et KTM 450 SX-F 4 temps offrent ce qu’il y a de meilleur dans leur catégorie.

Châssis
Pour l’année 2019, les motos "pour adultes" bénéficient de modifications substantielles, les ingénieurs de KTM ayant ciblé une réduction de poids supplémentaire qui fait encore une fois la différence dans chaque catégorie de motos. De fait, la KTM 450 SX-F est nettement plus légère que ses rivales dans la catégorie supérieure des 450 cm³. Tous les modèles SX ont un nouveau cadre qui améliore la rigidité, la maniabilité et la stabilité en ligne droite, un cadre arrière plus long, un rainurage différent pour l’axe de roue arrière et un tout nouveau carénage pour plus d’ergonomie et de liberté de mouvement. Les graphismes entièrement revus mettent en valeur la nouvelle forme de la selle et le nouveau réservoir de carburant. Le nouveau boîtier de filtre à air protège mieux le filtre à air et améliore le débit d’air, que ce soit sur les modèles 2 temps ou 4 temps, et contribue à un meilleur déploiement de puissance et des performances plus élevées.

Bien positionnés, les nouveaux radiateurs permettent un refroidissement efficace et optimisent la centralisation des masses, tandis que le système électrique est plus compact grâce à une batterie lithium ion de démarreur électrique plus puissante et parfaitement intégrée avec un faisceau de câbles retravaillé. La nouvelle gamme bénéficie par ailleurs d’un système de T de fourche rénové qui améliore la maniabilité et les réglages de la nouvelle suspension, ainsi que d’une béquille innovante à double usage. Tous les modèles continuent à bénéficier de la liste impressionnante des composants de série, comme les freins Brembo, la suspension WP, le guidon NEKEN, les pneumatiques Dunlop, le sélecteur de cartographie avec contrôle de la traction intégré, le "launch control" et la sélection de cartographie sur les motos 4 temps. Il ne s’agit pas d’un simple lifting, mais d’une véritable évolution pour cette année : environ 60 % des composants de chaque moto sont nouveaux.

Moteur
Tous les modèles de la gamme KTM SX ont vu leur moteur largement remanié par rapport au précédent. Les modèles KTM 250 SX-F et KTM 350 SX-F bénéficient d’un embrayage DS redessiné et tous les 4 temps ont une nouvelle boîte de vitesse et un système Keihin de gestion du moteur innovant avec un corps d’injection revu et un pack électronique amélioré. Parmi d’autres améliorations, la KTM 125 SX, la KTM 150 SX et la KTM 250 SX offrent toutes des réglages de carburateur différents, une nouvelle boîte de vitesse et un nouvel embrayage. En complément des améliorations moteur des autres modèles, l’emblématique KTM 450 SX-F bénéficie d’une culasse SACT entièrement revue qui réduit le poids et améliore la centralisation des masses, d’un arbre à cames avec un diagramme de distribution plus court et une surface plus lisse, et d’un guide-chaîne à faible coefficient de traitement revêtu CDA.

Pour ceux qui veulent renforcer leur plaisir de conduite et adapter leur machine à leurs envies, KTM a créé dans sa collection KTM PowerParts toute une gamme de pièces très performantes et esthétiques. Élaboré parallèlement à la nouvelle gamme SX, de la conception à la production, par certains des meilleurs ingénieurs internationaux de KTM et les principaux fabricants d’accessoires, ce vaste portefeuille de produits va certainement porter chaque modèle SX vers de nouveaux sommets. Et pour ne pas être en reste, la gamme KTM PowerWear propose un catalogue diversifié de produits READY TO RACE, de haute qualité pour ceux qui cherchent des tenues adaptées aux compétitions les plus rudes. Avec une offre de vêtements de protection, de tenues de pilotage et d’habits décontractés, les pilotes se sentiront à l’aise à la fois sur et en dehors de la piste.

« Dès la fin de chaque course, la préparation de la suivante commence. C’est certainement une affirmation que KTM fait sienne. Nous avons encore connu des succès extraordinaires partout dans le monde avec nos équipes offroad au cours de la dernière saison, mais il faut aussi rendre hommage au dur travail de toutes les personnes impliquées et en particulier aux équipes R&D à Mattighofen, en Autriche, et aux USA ; nos succès en course renforcent notre motivation et nous poussent à produire de série des machines toujours READY TO RACE dès leur livraison », commente Joachim Sauer, Senior Product Manager Offroad chez KTM.

« En tentant constamment d’imaginer encore et encore comment nous pouvons améliorer nos machines, nous avons abouti à la dernière génération de modèles KTM SX qui seront bientôt disponibles sur le marché. Des améliorations notables ont été apportées par rapport aux précédents modèles, notamment sur l’emblématique KTM 450 SX-F qui possède une maniabilité incroyable grâce à sa légèreté et à son moteur ultrapuissant. Pour la nouvelle génération de pilotes au talent naturel, nous avons ambitionné de développer une gamme de modèles qui vont de la KTM 50 SX à des motos capables de remporter des Grands Prix. Notre ambition est claire – servir de référence pour la technologie de motocross en proposant les motos les plus performantes de cette catégorie, des amateurs jusqu’aux pros », conclut Joachim Sauer.

Le site www.ktm.com permet d’obtenir davantage d’informations.

Pour d'autres informations sur ce communiqué de presse, merci de contacter:

Jeremie Detiege
KTM-SPORTMOTORCYCLE BELGIUM
Rue des Poiriers 1
5030 Gembloux
P: +32 (0) 81 62 55 21
F: +32 (0) 81 62 55 27


Zarco s'engage pour deux ans avec KTM à partir de 2019

Ma carrière continuera là où tout a commencé, de la RedBull Rookies Cup à la conquête du titre MotoGP. Je rejoins @KTM_Racing pour les 2 prochaines années. Très heureux de monter sur cette KTM avec laquelle nous partageons les mêmes ambitions : Ready to race ! @Michelin_Sport

11:03 - 3 mai 2018

Le Français Johann Zarco, âgé de 27 ans, rejoindra en 2019 KTM, avec qui il s'est engagé pour deux ans, avec l'objectif de conquérir le titre mondial en MotoGP, ont annoncé l'équipe et son futur pilote jeudi.


KTM MY RIDE : LE MUST DES SYSTÈMES DE CONNECTIVITÉ DÉDIÉS EMBARQUÉS

La plateforme de connectivité de KTM (KTM MY RIDE), proposée sur un grand nombre de modèles de la gamme Street, s’enrichit de nouvelles fonctionnalités en 2018. Les traditionnelles fonctions Téléphone et Musique sont, à présent, complétées par un système de navigation "virage par virage" et de planification d’itinéraire, assuré par une application dédiée.

Pour rester en phase avec le monde hyper connecté dans lequel nous vivons, KTM permettait déjà de connecter un smartphone aux motos KTM en 2017. Convivial et pratique, le système de connectivité KTM renforce l’agrément de conduite, tout en permettant au pilote de rester concentré sur la route.

Le système KTM MY RIDE, avec les fonctions Musique et Téléphone, est directement activable sur les modèles KTM 125 DUKE (en option), KTM 390 DUKE (en option), KTM 1290 SUPER DUKE R (en option), KTM 1290 SUPER ADVENTURE S (de série) et KTM 1290 SUPER ADVENTURE R (de série). Sur la KTM 790 DUKE, il est nécessaire de faire une mise à niveau matérielle (en option).

KTM MY RIDE Musique
Avec un casque équipé de la technologie Bluetooth apparié à l’application KTM MY RIDE, il est possible de profiter de la fonction Musique pour prendre le contrôle du lecteur audio du smartphone et écouter de la musique en roulant. Le commutateur de menu à gauche sur le guidon permet de régler le volume sonore et de passer d’une piste à l’autre dans une playlist ou une archive musicale. Les informations relatives au morceau en cours sont visibles sur le tableau de bord TFT de la moto.

KTM MY RIDE Téléphone
Lors d’un long trajet à moto, on ne peut pas toujours prendre le risque de manquer un appel. Il suffit, dans ce cas, d’apparier un smartphone à l’application KTM MY RIDE pour profiter de la fonction Téléphone en toute sécurité. Celle-ci permet d’afficher l’identité des appelants sur le tableau de bord TFT et d’accepter ou de refuser un appel (entrant) grâce au commutateur de menu sur le guidon. Par mesure de sécurité, il est impossible d’accéder au carnet d’adresses du téléphone et d’émettre un appel.

KTM MY RIDE Navigation
Nouveauté de l’année 2018, le service de navigation "virage par virage" est disponible de série sur les modèles KTM 1290 SUPER ADVENTURE S et R. Grâce à la nouvelle application KTM MY RIDE (téléchargeable au prix de 8,99 € sur les appareils Android et iOS), il est désormais possible d’afficher l’itinéraire pré-programmé, via une simple connexion Bluetooth, directement sur le tableau de bord TFT.

Pour éviter d’épuiser votre forfait en données mobiles, il est possible de télécharger des cartes en vue de préparer et d’enregistrer vos trajets hors ligne. Comme KTM sait que les pilotes ADVENTURE ont l’habitude de sortir des sentiers battus, vous pouvez programmer jusqu’à 128 points de passage sur votre plan de route pour concocter l’itinéraire de vos rêves.

Si vous disposez d’un casque équipé de la technologie Bluetooth et que vous l’avez apparié à l’application KTM MY RIDE, vous pouvez même profiter d’une fonction de guidage vocal dans la langue de votre choix (anglais, allemand, espagnol, italien ou français).

Le service KTM MY RIDE Navigation vous dispense d’un écran supplémentaire. Il présente, en effet, les informations suivantes à côté du compteur et du compte-tours sur le tableau de bord TFT :

Flèches indiquant la direction à suivre, "virage par virage"
Distance jusqu’au prochain virage
Nom de la prochaine rue
Heure d’arrivée (destination finale)
Distance jusqu’à l’arrivée (destination finale)
Le service KTM MY RIDE Navigation est proposé en exclusivité sur les versions 2018 des KTM 1290 SUPER ADVENTURE S et R. Pour bénéficier de ce service, les propriétaires des versions 2017 de ces modèles devront juste se rendre chez un concessionnaire agréé KTM pour procéder à l’installation et à l’activation gratuites de la mise à jour logicielle.


KTM INTRODUCES: KTM POWERWEAR STREET 2018 COLLECTION

From the highest standard technical apparel for the road, trail or track, to dedicated everyday street gear, the KTM PowerWear Street 2018 Collection has every look, every function, every performance need, every price point and every safety angle completely covered, whatever the weather. It’s what truly committed riders demand, and it’s what the KTM PowerWear Street 2018 Collection delivers.

At the top, the Premium Collection delivers the ultimate superior riding experience with the pinnacle of advanced technical apparel. Highlights include the Alpinestars Managua and Durban GTX Tech-Air® styles of top-line Gore-Tex® adventure touring jacket and pants, featuring cutting-edge Tech-Air® safety technology. If you’re into riding big adventure miles on and off road, this is the combination to gear up for extremes.

Or for the perfect combination of safety, style and performance in the white heat of battle on the race track, the RSX one-piece leather suit (also available as two-piece suit), with matching RSX Gloves, Supertech R Boots and X-Spirit III Helmet by Shoei, lets you take your riding to the limit in search of the perfect lap time.

The Advanced Collection is leading the line for mid-level adventure and road riding, driven by a total commitment to ride. Nowhere is this statement of intent more clearly expressed than with the Apex Jacket and Pants, fully featured but with a cut-back, blacked-out look designed to complement the streetwise vibe of the thrilling new KTM 790 DUKE, and seamlessly integrated with Street Evo Helmet, GT Sport Gloves and S-MX 6 V2 Boots.

The Essential Collection is leading the line for urban-level riding, driven by a passion for performance with no holding back on features, looks and downright mean-street style. The water resistant Street Evo and Two 4 Ride Jacketsmatched with Kevlar-lined Riding Jeans stand their ground with a tough, READY TO RACE attitude, and the new Factor Helmet brings a fresh, bold design to the game.

These are all just small selections of a truly comprehensive range of stylish and functional gear to meet all your needs in the KTM PowerWear Street 2018 Collection – which also includes a completely new range of underwear by SIXS, delivering high performance comfort in all temperatures and under any conditions, and not forgetting our four-wheel friends with the KTM X-BOW range of racing gear, accessories and casual wear.


KTM MOTORSPORT CONFIRMS COOPERATION WITH TECH3 IN MOTOGP FROM 2019

Since re-joining the MotoGP World Championship in 2012 KTM has achieved tremendous success. An initial foray for the inaugural Moto3 championship saw KTM become the most successful manufacturer in the class. This achievement fueled a year of development before joining the premier class in 2017. At the same time a move was made into the intermediate championship and soon victories followed in Moto2 and with seven top ten finishes in MotoGP KTM enjoyed a fruitful rookie campaign in both classes. KTM Motorsports will aim to further improve in all three categories during the upcoming season starting middle of March with the first round in Qatar.


Pit Beirer (KTM Motorsport Director): “We are very happy to join forces with Tech3 in MotoGP from 2019. The team has many years of experience and achieved a lot of great results in this championship. Their professional structure will make us even stronger. Having four KTM RC16 on the grid is also another big step for us, both for the development of our MotoGP bike and expanding KTM’s structure in the paddock. From the Red Bull Rookies Cup up to MotoGP there is a clear path to the top. We are looking forward to start a great cooperation and I’m thankful towards Hervé Poncharal for the future trust in KTM.”

PHILIPP GRÜNBERGER
PR MANAGER MOTOGP
philipp.gruenberger@ktm.com
0043 664 6217921


KTM présente la RC 390 R

Une version R taillée pour la piste, prête à être engagée en championnat du monde Supersport 300 grâce au kit de compétition.
KTM ajoute à sa gamme une version encore plus affûtée de la RC 390 Supersport, la KTM RC 390R – une série limitée, homologuée pour la compétition dans la catégorie Supersport 300 lorsqu’elle est munie du kit Race spécifique en option (SSP300). Fidèle à son engagement de développer des petites sportives offrant des hauts niveaux de performance et de proposer des variantes « R » plus musclées de ses modèles de base, KTM présente la RC 390 R, inspirée directement du championnat Supersport 300.
Limitée à 500 exemplaires, cette nouvelle version R incarne à merveille l’esprit READY TO RACE cher à la marque. Aussi séduisante et brillante que le modèle standard, la KTM RC 390R profite d’une série d’optimisations matérielles adaptées aux exigences de la piste. Cette nouvelle variante peut compter, en effet, sur des suspensions WP avant et arrière sur mesure, entièrement réglables en fonction des préférences du pilote et des conditions de course.
La transformation sacrifie un peu de confort au quotidien pour offrir une position plus radicale et plus agressive, grâce à un nouveau T de fourche et un nouveau guidon ajustable aux gabarits des pilotes. Superbement fini et usiné dans la masse, ce bolide atteint de nouveaux sommets en matière de précision, de solidité et de légèreté. Ajoutez à cela des leviers de frein et d’embrayage usinés CNC, plus sensibles et repliables en cas de chute, et vous comprenez pourquoi la RC 390R revendique un tempérament Ready to Race !
Le manchon d’admission a été raccourci afin d’améliorer l’efficacité de la machine en compétition et de lui conférer un surcroît de puissance sur une plus large plage de régimes du moteur. Le nouveau kit déco affirme haut et fort les ambitions de la belle. La RC 390R sera commercialisée dans les concessions KTM officielles en Europe (au tarif de 8 500 euros TTC en Allemagne) et sur les marchés étrangers.



SSP300 – READY TO RACE
Pour passer au niveau supérieur et se mesurer aux meilleurs dans la catégorie Supersport 300, KTM a prévu un kit Race SSP300 additionnel, conforme aux règlements officiels actuels en matière de sports mécaniques.
Distribué à raison de 50 exemplaires par an (et disponible directement auprès du département KTM Customer Racing), le kit SSP 300 a été conçu spécialement pour la RC 390R. Il comporte pas moins de 230 pièces pour transformer la R en une véritable bête de course et en un concurrent sérieux dans la catégorie Supersport 300.
Conforme à la réglementation FIM 2018 du championnat du monde Supersport 300, ce kit contient tout le nécessaire pour aborder la compétition dans les meilleures conditions : ligne d’échappement Akrapovič SSP300 EVO02 en titane avec unité de commande (ECU) optimisée pour la course, embrayage anti-dribble STM, changement de vitesse rapide (quickshifter), faisceau de câbles, roues de rechange, ensemble d’options variées pour ajuster les rapports de transmission, système de refroidissement amélioré et habillage complet conçu à partir de matériaux légers et résistants.


17TH CONSECUTIVE RALLY DAKAR WIN FOR KTM WITH MATTHIAS WALKNER

Having covered nearly 9,000 km of the most challenging terrain through Peru, Bolivia and Argentina, Toby Price brought his KTM machine home for a podium finish, placing third having battled to the end following his return to competitive riding at the event. Antoine Meo placed an impressive fourth with Gerard Farres Guell in fifth. Laia Sanz was 12th overall having concluded yet another incredible ride, although it was Matthias Walkner who capitalized on his navigational skills to take the victory.

Walkner, who entered the final timed special stage of the rally with a healthy 22-minute lead over his nearest competitor, has unquestionably put in a champion’s performance at this year’s event – the 40th edition of the Rally Dakar. The former FIM Cross-Country Rallies World Champion has ridden intelligently from the very first stage, finding the right balance between out-and-out speed and error-free navigation. Stage 10 was again a game-changer in the rally, when 31-year-old Walkner ended the day with an almost 30-minute advantage over his nearest competitors.

Having held his nerve and on reaching the finish of Saturday’s 14th and final stage in eighth position, Walkner took the 2018 Rally Dakar victory and became the first Austrian motorcycle rider to do so – a well-deserved, historic achievement.

Matthias Walkner: “It’s unbelievable - I can’t describe how it feels. This year’s Dakar has been so difficult, easily the toughest rally of my career. Navigation has been tricky pretty much every day. At the beginning of the race, all the top guys were so close with not much time between us. I just tried to keep on doing well each day without making any mistakes. Things were so tight right up to my stage victory. After that I aimed to finish each day safely and get to the end of the rally without losing my advantage. Luckily the tactics worked out and I’m here at the end now as the winner and it feels unreal. Thank you to my team and everyone that has supported me – we did it!”

Finishing as runner-up on the final stage, Toby Price did everything he could to close down the gap on the riders in front of him. Playing catch up following an unfortunate navigational error earlier in the rally, Price’s speed in the final stages of the event was phenomenal. His results secured third place in the overall standings, an amazing feat considering the 2018 Rally Dakar is the Australian’s first competitive outing since injury forced him out of the 2017 event.

Toby Price: “The final stage is over and it went really well. I’m happy to get to the finish line; that was always the main goal right from the start. I tried to push today to make up the time on Kevin (Benavides) but halfway through I knew five minutes was just too much and so I just aimed for a safe finish. To finish the Dakar is an achievement in itself, to come away at the end of this year’s race with a podium is unbelievable, especially after the year I’ve had. The whole team have come together and worked so hard, none of us could do it without them. I’ll concentrate on the 2018 season now and try to get a little stronger and come back here next year looking for the top-step.”

Similarly to his teammate, Antoine Meo’s 2017 season has been plagued with injury. Coming into the Dakar the Frenchman’s goal was simply to get to the finish. Two stage wins and a successful rally later, Meo has placed an impressive fourth overall, a great achievement considering the difficulty of this year’s event.

Antoine Meo: “I am so happy to complete the race in one piece. Today (Saturday) was difficult, not because of the length of the stage but because we had to wait around a bit and it was hard to maintain concentration. I tried to push early on, but after making a small mistake I caught a truck in an awkward part of the track and lost some time stuck behind him. I had a couple of crashes this year but nothing too bad. I’m happy with how things have gone and would like to thank the team for getting us through it this year.”

Laia Sanz never ceases to impress. Despite two big crashes on the closing stages of the race, the Spaniard gritted her teeth and kept on going. Always close to the top 10, Laia eventually completed the Dakar in 12th overall. The multiple Enduro World Champion was over the moon with her performance.

Laia Sanz: “I am so happy to get to the finish, I am really pleased with my position too – it has been a very tough rally. I had two big crashes, which luckily didn’t cause too much damage to me or the bike. I am exhausted now but feel good because I am here, safely at the finish. I want to thank all the team for their help and now it’s finally time to relax.”

Pit Beirer (KTM Motorsport Director): “It goes without saying that winning the Rally Dakar for the 17th consecutive time is an incredible achievement for KTM. I’d like to congratulate Matthias on his first victory at the event in what was an exceptionally tough race. This result is a testament to the hard work of everyone involved, from our R&D department in Mattighofen, to the team on the ground in South America, and I’m proud that it has paid off yet again, especially with the new KTM 450 RALLY machine. Our warriors have certainly delivered, and now we can celebrate and enjoy the stories of this year’s race.”

Final Standings Rally Dakar 2018
1. Matthias Walkner (AUT), KTM, 43:06:01 h (1 min penalty)
2. Kevin Benavides (ARG), Honda, +16:53 min
3. Toby Price (AUS), KTM, +23:01 min
4. Antoine Meo (FRA), KTM, +47:28 min (1 min penalty)
5. Gerard Farres Guell (ESP), KTM, +01:01:04 h
Other KTM
9. Daniel Oliveiras Carreras (ESP), KTM, +02:37:20 h
12. Laia Sanz (ESP), KTM, +02:56:02 h (2 min penalty)


Kevin Strijbos s'engage avec KTM

Kevin Strijbos roulera le championnat du monde de motocross 2018 en catégorie MXGP sur une KTM du team Standing Construct, a confirmé l'écurie lundi. Strijbos, 32 ans, roulait depuis sept ans pour Suzuki, qui arrête ses activités en MXGP.
"Je suis très heureux de signer un contrat avec Standing Construct KTM. L'équipe a prouvé par le passé, en gagnant des GP en MX2, qu'elle est très professionnelle et bien organisée, tout comme elle a le savoir-faire et l'infrastructure pour être compétitive au plus haut niveau. J'ai reçu d'autres belles offres, mais la garantie offerte par Standing Construct KTM d'être dans un team qui me donne son soutien d'usine et tout ce qui est nécessaire pour être performant au plus haut niveau m'a rapidement convaincu de signer avec eux."


KTM Enduro Expérience

KTM, créateur des motos de sport READY TO RACE, aimerait savoir exactement ce que tu recherches et ce que tu attends de la moto enduro parfaite. Clique sur le lien et complète notre questionnaire pour nous faire part de tes commentaires, qui sont indispensables pour nous aider à tenir nos promesses.

En nous accordant quelques minutes de ton temps, tu pourras peut-être remporter l’un de ces superbes prix :

1er prix : Enduro-PowerWear & Helmet
2ème prix : X-Country Backpack & Racetrack-Chair
3ème prix : Racing-Watch & Leather Wallet
4ème, 5ème et 6ème prix : Team Cap & Logo Towel
7ème et 8ème prix : Racing Cap & Aluminum Bottle

Le tirage au sort sera effectué au cours de la 2ème semaine de Février. Les heureux gagnants seront contactés et recevront des informations sur la livraison de leurs prix

En savoir +

KTM ADVENTURE RALLY RETURNS

KTM is excited to announce the second instalment of the European KTM ADVENTURE RALLY will be held in Sardinia at the end of June 2018.

A KTM ADVENTURE RALLY is for those who want to fully embrace the KTM READY TO RACE spirit, sharing tarmac and dirt passes in incredible surroundings to form lasting friendships and unforgettable memories with likeminded riders – including KTM ambassadors and employees – and will be exclusive to the first 150 KTM ADVENTURE-owning riders who sign up.

Complementing existing established KTM ADVENTURE events that have taken place annually in Australia, New Zealand, USA, Canada and South Africa, 2017 saw the first European staging in Bardonecchia. The exclusive group of riders got to experience incredible road and offroad riding in the mountainous area of Northern Italy. Following customer feedback, the beautiful island of Sardinia has been chosen for 2018 for the KTM ADVENTUREs to conquer its incredible variety of endless sea view sandy trails, twisty mountain passes and even extreme offroad routes with unexplored terrain.

Florian Burguet (Managing Director KTM Europe): “The goal of KTM ADVENTURE RALLIES is to bring together riders off all abilities who share KTM’s unique adventure spirit and who want to exploit the performance of their machines to create unforgettable experiences. The first European rally was a big success and following feedback from those who attended and our own experience, the venue for 2018 shifts from the mountains of Italy to the beautiful island of Sardinia. For the lucky 150 KTM ADVENTURE riders who confirm their place, it will present them with a wide range of stunning roads and paths to explore while simultaneously providing the kind of unrivaled experiences a KTM ADVENTURE motorcycle was created to provide.”

Fully organized by KTM, the three-day guided rally is tailored to suit all rider abilities – from first year ADVENTURE riders up to seasoned ADVENTURE professionals – and is open to just 150 places for owners of the following KTM bikes: 640, 690, 950, 990, 1050, 1090, 1190 & 1290 ADVENTURE models.

Registration opens at the beginning of 2018 at www.ktm-adventure-rally.com with more details to follow shortly on the entire content of the event.


Vidéo moto : l'utilité du Launch Control sur la KTM 1290 Super Duke R

5 juillet 2017 - Les images valent mieux qu'un long discours... La preuve avec KTM dont on pourrait qualifier de pompeuse la description sur son site officiel du système de contrôle de démarrage de la bestiale 1290 Super Duke R. À l'inverse, l'illustration dans sa dernière vidéo est vendeuse !

https://www.youtube.com/watch?v=JLb1yXrQ8Vw

En savoir +

Pour progresser, KTM va optimiser son package actuel en vue de 2018

Selon les trois pilotes de l'équipe autrichienne, il n'y aura pas de révolution sur la RC16 l'an prochain. Le résultat d'un programme de développement important au cours de sa première saison en MotoGP, et qui a porté ses fruits.

En savoir +

Découvrez la chaine Youtube de Ktm

Des centaines de vidéos à découvrir sur la chaine officielle de KTM sur Youtube.

En savoir +